Google
 
   HOME    Agenda     Annuaire de liens    Actualités    Photos    Aide    Contact    Services    FR - NL  


  VW Fun Cup & Francorchampions


BTCS 06-Renault Megane


BTCS 06-BMW M3


Ferrari BPO-02


Ferrari BPO-01


Le compte à rebours est terminé. Action !

Dimanche sur le coup de 11h25, le feu passera au vert, les Belgian Touring Car Series 2006 seront lancées. Pour l’équipe du BPO Racing, ces Francorchampions marqueront la fin d’une étape et le début d’une autre, plus excitante encore : après des mois d’intense travail à l’atelier, les Ferrari 360 Monroe pourront en découdre avec leurs rivales et dévoiler un potentiel que Laurent Nef se réjouit d’exploiter :

« Quand je m’aligne en course, ce n’est pas pour jouer les utilités mais pour tenir un rôle en vue. Et je sais que mes équipiers au sein du Monroe Racing partagent cette approche, que ce soit Jonathan Moury avec lequel je ferai cause commune sur la voiture n°27 ou Alexandra Van de Velde et Laurent Richard qui se relayeront aux commandes de la Ferrari n°28. »

Le champion BTCS 2004 s’attend à une rude bataille car la concurrence a rarement été aussi relevée. Ce n’est pas pour lui déplaire, même s’il aborde ce meeting d’ouverture (deux manches de 90 minutes) avec réalisme : « Comme la majorité de nos adversaires, nous manquons de roulage et nous devons découvrir les limites de nos montures. Cependant, nous avons plusieurs atouts dans notre jeu. La Ferrari 360 Modena a prouvé sa compétitivité et sa fiabilité à maintes reprises, dans des compétitions très diverses. Elle offre une base de départ très saine que les modifications apportées par Pierre-Olivier Businaro et son équipe ont encore améliorée. Grâce à une répartition des masses quasi idéale, le comportement en courbe de cette GT est un régal et on ne se lasse pas de changer les vitesses au volant, comme en F1… »

La belle Italienne doit encore progresser sur certains points : « Lors des premiers tests, la vitesse de pointe était un peu décevante. Mais avec une nouvelle cartographie et un échappement modifié, le moteur gagnera en tonus. Il y a aussi quelques kilos à grappiller, on y songera après les Francorchampions… »

Comme la plupart des concurrents, Laurent refuse de se lancer dans le jeu hasardeux des pronostics : « Avec une quinzaine de voitures susceptibles de l’emporter, on peut parler de suspense total pour cette cuvée 2006 des BTCS. Ce qui m’intéresse personnellement, c’est de trouver les deux Ferrari 360 Monroe dans ce groupe des prétendantes à la victoire. Et je préférerais encore les pointer en haut de la hiérarchie dimanche soir… »



Huit marques, huit pilotes avant le coup d’envoi

Le coup d’envoi des Belgian Touring Car Series 2006 sera donné ce week-end à l’occasion des Francorchampions. Au programme, deux courses de 90 minutes (avec un arrêt obligatoire), autant dire deux longs sprints.

Par définition, un meeting d’ouverture comprend de nombreuses inconnues, et le mieux est sans doute de donner la parole aux acteurs. Huit marques peuvent l’emporter ; huit pilotes analysent leurs forces et leurs faiblesses.


ARMAND FUMAL (BMW M3 SILHOUETTE)
Le + : « Le moteur a gagné en couple et en puissance, passant de 385 à 435 cv. La vitesse de pointe devrait dépasser les 240 km/h et le team a un contrat spécifique pour les pneus avec Dunlop. Autre atout, l’appui du Mühlner Motorsport qui assure la maintenance des M3 Silhouette du KS Motorsport et délègue deux ou trois hommes sur le terrain ».
Le - : « S’il constitue un atout en ligne droite, on vient de le voir, le nouveau règlement imposant un plus petit aileron arrière et interdisant la lame avant se révèle très pénalisant pour la tenue de route de la M3. Rayon réglages, il faudra donc repartir de zéro, ou peu s’en faut. »

MARC DUEZ (PORSCHE 997)
Le + : « La 997 est fiable, performante et rapide en ligne droite. Le moteur a un couple intéressant et les problèmes de déjaugeage ont été résolus. Le châssis a bien progressé et les pneus tiennent le coup, les tests effectués à Estoril l’ont confirmé. Enfin, je suis content de faire cause commune avec Jean-Pierre Van de Wauwer. »
Le - : « Une Porsche n’a rien d’une Silhouette, elle n’a pas été construite selon les mêmes principes… Elle est plus lourde et en fin de relais, quand les pneus commencent à accuser la fatigue, elle prend de la place sur la route en raison de sa répartition des masses très spécifique. »


CHRISTOPHE GEOFFROY (OPEL ASTRA SILHOUETTE)
Le + : « N’ayant effectué qu’un court shake down à Zolder, nous manquons de références. Mais le châssis laisse très bonne impression et l’Astra se révèle fort agile dans les virages serrés et les chicanes. Quand nous en aurons assimilé les subtilités, les amortisseurs Ohlins constitueront un plus indiscutable. Enfin, le CX de l’Opel devrait garantir une bonne vitesse de pointe… quand le moteur sera à la hauteur. »
Le - : « Pourquoi le cacher, le V6 Opel avoue ses limites : 350 cv, point à la ligne. C’est trop peu, aussi Eric Qvick se renseigne sur les possibilités de monter un turbo… Par ailleurs, nous espérons recevoir à temps les jantes 9 et 11 pouces, sans quoi nous devrons disputer les Francorchampions avec des 7 et 9 pouces ; les pneus risquent alors de ne pas tenir la distance. »

STEPHANE LEMERET (RENAULT MEGANE TROPHY)
Le + : « La tenue de route de cette auto est stupéfiante, surtout dans les courbes rapides. Très constant, bien équilibré, le freinage représente également un solide atout, d’autant qu’il est possible de freiner du pied gauche. Reste la boîte séquentielle avec commande au volant, un must en la matière. »
Le - : « Ce n’est plus un scoop, la Renault va moins vite en pointe que ses rivales. Elle est par ailleurs très sensible au déventage, ce qui pose problème quand on suit un concurrent de près. Il faudra s’habituer à l’embrayage manuel pour les départs, et s’entraîner à entrer et sortir rapidement de l’habitacle lors des pit-stops… »

BENOIT GALAND (PEUGEOT 407 SILHOUETTE)
Le + : « Rendez-vous dimanche soir, je pourrai répondre… Soyons sérieux : on sait que la 407 est la plus aboutie parmi les Silhouettes. Elle a été développée autour des Pirelli et le manufacturier italien s’implique aux côtés de notre équipe, 100 % privée mais aussi soudée que motivée. Ah j’oubliais : la 407 est la plus belle ! »
Le - : « Les deux autos ne prendront la piste que vendredi matin, c’est tout dire : les pilotes devront dégrossir les réglages tout en découvrant le maniement d’un engin aussi spécifique. Joli défi, non ? En fait, le simple fait d’être au départ constituera déjà un succès. Tout le reste sera du bonus. »

JEAN-FRANCOIS HEMROULLE (AUDI A4 SILHOUETTE)
Le + : « Avec mon équipier Tim Verbergt, nous connaissons l’Audi sur le bout des doigts. Elle a peu évolué, juste un échappement modifié qui devrait résoudre un souci de ratés moteur qui nous a handicapés dans le passé ; une carrosserie plus légère est attendue aux 12 Heures. Cette A4 est performante, elle est bien adaptée aux Dunlop et sa fiabilité s’est nettement améliorée en 2005. »
Le - : « Quand il a conçu ce châssis, Franz Dubois voulait lancer une formule peu onéreuse et il a retenu des solutions moins sophistiquées que celles qu’on trouve sur d’autres Silhouettes. Cela se ressent sous la pluie ou dans certains virages lents ; d’ailleurs, l’auto est moins efficace à Zolder qu’à Spa-Francorchamps. »

MARTIAL CHOUVEL (JAGUAR X-TYPE SILHOUETTE)
Le + : « La X-Type est homogène, elle va bien partout grâce à un châssis très efficace et s’avère facile à conduire. Elle est chaussée en Michelin dont la constance sur une course constitue un gros atout. Enfin, elle affiche une bonne fiabilité, fruit du travail et de l’expérience du team MI qui aligne ce genre d’autos depuis cinq ans. »
Le - : « En vitesse de pointe, la Jaguar peine un peu face à certaines rivales ; la faute à l’aéro et à un moteur qui n’est pas le plus puissant du lot. Ses freins sont efficaces mais demandent un peu d’habitude pour être bien exploités. Enfin, mieux vaut éviter les contacts car la carrosserie risque de souffrir ; mais c’est vrai pour la plupart des voitures de pointe… »

LAURENT NEF (FERRAI 360 MODENA)
Le + : « La fiabilité de la 360 a été prouvée dans diverses compétitions. Globalement facile à conduire grâce à une répartition des masses idéale, elle dispose d’une boîte F1 dont on ne se lasse pas. Cette GT recèle un énorme potentiel qu’il faut apprendre à exploiter. Et puis… c’est une Ferrari ! »
Le - : « La Modena accuse un petit excédent de poids que le BPO Racing va s’ingénier à éliminer. Lors des premiers tests, sa vitesse de pointe n’était pas géniale mais un changement de cartographie semble avoir résolu ce problème. Cela dit, le handicap principal vient du manque de roulage avant les Francorchampions ; mais je crois que de nombreux teams sont logés à la même enseigne. »

La conclusion à tout cela ? Elle s’impose : Gentlemen, start your engines !


Prc Group
Zoning de Ghlin Baudour Sud - Rue des Roseaux, 6 B-7331 Baudour
Phone : 065/65.53.64 Fax : 065/65.91.53 E-mail : info@prcgroup.be
 
 

:: PROCHAINS EVENEMENTS ::
Pas d'évènement pour l'instant

:: SERVICES ::
Sportmedia vous propose ses services dans les différents domaines suivant:

  • création de sites web,
  • développement de base de données,
  • logos personnalisés,
  • affiches promotionnelles,...


Cliquez ici pour plus de renseignements
     









0002562793 visites - contact : info@sportmedia.be
réalisation : www.sportmedia.be